Malvoyance

La malvoyance signifie que la réduction de la fonction visuelle sur les deux yeux est permanente et non améliorable. Ci-après, vous trouverez l’aperçu des degrés de la malvoyance jusqu’à la cécité selon les définitions de l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) :

  • Malvoyance modérée : une acuité visuelle inférieure ou égale à 3/10 et supérieure à 1/10 ou un champ visuel inférieur à 20°
  • Malvoyance profonde : une acuité visuelle inférieure ou égale à 1/10 et supérieure à 1/20.
  • Malvoyance sévère : une acuité visuelle inférieure ou égale à 1/20 et supérieure à 2/100 ou un champ visuel entre 10° et 5°.
  • Quasi-cécité : une acuité visuelle inférieure ou égale à 2/100 ou seulement une perception lumineuse.
  • Cécité totale : il n’y a plus de perception lumineuse.

Le nombre de personnes que l’on peut qualifier d’aveugles ou de malvoyantes augmente chaque année. Ceci est principalement dû à la hausse de l’espérance de vie et au vieillissement de la population. Le vieillissement affecte de toute manière la vision… Chez une personne de 60 ans avec une vision normale, il y a seulement 1/3 de la lumière qui atteint la rétine par rapport à l’époque où elle avait 20 ans. C’est à cause de cela que les personnes âgées ont souvent des difficultés dans les zones de faible éclairage. Les personnes âgées s’adaptent aussi plus lentement lorsqu’il y a des changements d’intensité lumineuse, comme lorsqu’elles passent de l’extérieur vers l’intérieur. Ci-dessous, nous expliquerons brièvement quelques causes possibles de la déficience visuelle. Pour chaque maladie, par le moyen de la vue d’une rue, un exemple de la perception du patient est donné. Cette illustration tente autant que possible de refléter la réalité ; mais cela reste cependant une simulation. Pour chaque patient, les symptômes peuvent se manifester différemment ; la perte visuelle peut se manifester plus ou moins.

Dégénérescence maculaire liée à l’âge

La dégénérescence maculaire est la principale cause de déficience visuelle.  Elle survient habituellement chez les personnes âgées et est une conséquence du vieillissement normal.  La macula est le centre de la rétine ; c’est le point à partir duquel on voit clairement les détails et on reconnaît les couleurs. Lorsqu’il y a une détérioration de la macula, on perd « l’acuité visuelle ».

La vision centrale (le champ visuel central) est touchée, la vision périphérique (dans le champ visuel périphérique) est conservée.  La dégénérescence maculaire liée à l’âge affecte généralement les deux yeux bien que cela n’arrive pas simultanément. Il en existe 2 types : la DMLA sèche et la DMLA humide. Dans la DMLA sèche, il y a progressivement une dégénérescence (mort) des cellules de la rétine sensibles à la lumière.  Dans la DMLA humide, il y a une néovascularisation (=formation de nouveaux vaisseaux sanguins) qui se produit et qui peut provoquer des saignements dans l’œil. On ne peut pas guérir la maladie mais un certain nombre de traitements peuvent être administrés pour stabiliser ou ralentir l’évolution de la maladie.

Glaucome

Dans le glaucome, le nerf optique peut être endommagé par la pression intra-oculaire élevée. De ce fait, les fibres nerveuses peuvent mourir. On voit plus flou et le patient remarque un rétrécissement du champ visuel périphérique.

Rétinite pigmentaire

La rétinite pigmentaire est une maladie héréditaire avec une perte progressive des cellules photosensibles de la rétine. D’abord, il y a une vision dans un champ visuel tubulaire; plus tard, il y a aussi une perte de l’acuité visuelle centrale. Ces personnes éprouvent des difficultés dans la pénombre mais aussi dans des conditions très lumineuses.

Rétinopathie diabétique

Dans le diabète, le corps absorbe mal les sucres de l’alimentation. Le diabète peut alors endommager la rétine. Dans la rétinopathie diabétique, le fin réseau de vaisseaux sanguins dans la rétine va fuir ou se bloquer. Cela donne localement une perte de fonction avec une perte des capacités de discrimination visuelle fine. Le risque de déficience visuelle augmente quand il y a peu de contrôle du diabète. Une difficulté supplémentaire est que les personnes diabétiques, à cause d’une mauvaise circulation sanguine, perdent progressivement leur sensibilité tactile ; ce qui diminue les possibilités d’apprendre et de lire le braille. Un bon suivi du diabète lui-même et une bonne surveillance ophtalmologique sont très importants pour évaluer autant que possible l’impact de la maladie.

Cataracte

Dans la cataracte, le cristallin (lentille intraoculaire) devient progressivement plus trouble. La cataracte se forme la plupart du temps chez les personnes âgées et est une conséquence du processus normal de vieillissement. Elle peut toutefois aussi être congénitale ou causée par un traumatisme oculaire, certaines drogues, l’emploi prolongé de certains médicaments, la radiothérapie ou le diabète. Par l’opacification du cristallin, les rayons lumineux qui tombent sur la rétine sont différemment déviés, de telle sorte que parfois cela donne plusieurs images. La cataracte liée à l’âge est souvent de couleur brune ou jaune, ce qui cause une perte de sensibilité au spectre bleu de la lumière. De ce fait, les couleurs peuvent être perçues différemment que ce qu’elles sont réellement. Dans la plupart des cas, la cataracte peut être traitée : au cours d’une intervention, le cristallin est remplacé par un cristallin artificiel. Un cristallin artificiel typique ne peut pas accommoder, de telle sorte qu’une lunette de lecture reste nécessaire.

En plus

En plus de ces causes de déficiences visuelles, la vision peut aussi être gravement entravée par d’autres pathologies comme, par exemple, l’hémianopsie ou la quadranopsie. Dans l’hémianopsie, il y a une perte de la moitié gauche ou droite du champ visuel. S’il y a perte d’un quart du champ visuel (par exemple inférieur-gauche), cela s’appelle une quadranopsie. Fréquemment, un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) en est responsable.

En outre, il y a encore un certain nombre d’autres pathologies qui peuvent conduire à la cécité/malvoyance : ici, nous pensons entre autre à la myopie forte, au décollement de rétine, à l’inflammation du nerf optique, aux lésions cérébrales congénitales ou non,  aux causes traumatiques, aux maladies métaboliques, aux CVI ou cécité corticale, etc.

Centre de rééducation pour déficients visuels

ASBL La Lumière - 04/222.35.35
Médecin responsable : Dr Ph. Betz
mail : lalumiere@lalumiere.be
Rue Sainte-Véronique 17 - 4000 Liège

ASBL Les Amis des Aveugles - 065/40.31.00
Médecin responsable : Dr F. Depasse
Mail : crf@amisdesaveugles.org 
Rue de la Barrière 37 - 7011 Ghlin 

Points de Vue - 010/437.728
Mail : pointsdevue@cspo.be
Médecin responsable : Dr Ch. Kestens
Av Reine Fabiola 17 - 1340 Ottignies 

Horus - Hôpital BRUGMANN - 02/477.27.81
Médecin responsable : Dr Postelmans
Médecins consultants : Dr De Vries (pédiatrie) et Dr Depasse (adulte)
Mail : horus@chu-brugmann.be
Pl. A. Van Gehuchten 4 - 1020 Bruxelles 

Centrum voor visuele revalidatie UZ Gent - 09/322.29.04
Médecin responsable : Dr I. Joniau
Mail : rc.oogziekten@uzgent.be
De Pintelaan 185 - 9000 Gent 

De Markgrave - 03/248.78.67
Médecin responsable : Dr A. Buyck
Mail : revalidatie@demarkgrave.be
Oftalmologie Middelheim Campus - Markgravelei 81 - 2018 Antwerpen

Revalidatiecentrum voor Slechtzienden UZ Leuven  016/33.23.94
Médecin responsable : Prof. I. Casteels
Kapucijnenvoer 33  - 3000 Leuven 

Visueel Revalidatiecentrum UZ Antwerpen   03/821.33.72
Médecin responsable : Prof. M.J. Tassignon
Wilrijkstraat 10 -2650 Edegem

Ces centres dépendent de l’INAMI. Vous trouverez plus d’informations sur les modes de fonctionnement via le site de l’INAMI.